De plus en plus présentes sur le marché, les imprimantes intégrant la technologie RFID (radio-identification) représentent un formidable avantage dans la traçabilité des marchandises et la gestion des données. Dans le secteur de l’étiquetage, on distingue les modèles RFID standards de ceux avec encodeur. Tour d’horizon avec Coserm.

L’imprimante RFID : des économies consistantes

L’intérêt principal de cette solution d’impression est sa capacité à coupler encodage d’étiquettes avec édition de tags papiers. Ainsi, les données relatives aux produits (origine, emplacement de stockage, processus de fabrication…) sont sauvegardées et peuvent être suivies et optimisées selon la demande. Le suivi est assuré tout au long de la supply chain, étape par étape.

En ce qui concerne le prix, comptez entre 500 et 5000 euros (selon les fonctionnalités et le volume d’impression requis). Il convient de différencier le prix à l’achat et à l’utilisation. Une imprimante RFID représente un investissement mais également des économies visibles pour l’entreprise sur le coût des matières premières et de la main d’œuvre.

Imprimante standard ou avec encodeur ?

Moins onéreuses qu’un encodeur, les solutions d’impression standard génèrent des tags mais ne permettent pas d’insérer des données particulières sur les étiquettes imprimées. Ce système convient donc pour la simple édition d’étiquettes (en grandes surfaces) mais risque de devenir problématique dans la gestion des flux et déplacements de marchandises. Les encodeurs RFID préviennent le risque de déperdition et de confusion au moment du traitement des produits. En tant que spécialiste du marquage et de l’encodage, Coserm recommande cette option pour les flux volumineux impliquant de nombreux déplacements.