Depuis le 1er janvier 2021, une nouvelle étiquette est obligatoire pour cinq catégories de produits électroniques neufs : il s’agit de l’indice de réparabilité. Ce nouvel étiquetage, inscrit dans la loi anti-gaspillage, vise à favoriser la réparation de ces appareils. Explications.

 

Pourquoi créer un indice de réparabilité ?

 

Depuis le 1er janvier 2021, les vendeurs d’équipements électriques et électroniques doivent afficher un indice de réparabilité sur leurs produits (qu’ils soient vendus en magasin et en ligne). Les lave-linge, télévisions, tondeuses à gazon, téléphones et ordinateurs portables sont concernés par ce nouveau dispositif d’étiquetage.

L’indice de réparabilité permet d’indiquer au consommateur dans quelles mesures le produit peut être réparé en cas de panne. Son objectif est d’agir contre l’obsolescence programmée. En effet, en mettant en place cet indice de réparabilité (inscrit dans la loi anti-gaspillage adoptée en 2020), le gouvernement souhaite atteindre 60 % de produits électriques et électroniques réparés en 2025, contre 40 % en 2020.

Réparer plutôt que racheter, c’est l’idée ! En allongeant la durée de vie de leurs objets électroniques, les consommateurs devraient faire des économies. Un geste également bénéfique pour l’environnement puisque cela éviterait de puiser dans les ressources et d’accumuler des déchets électroniques. Enfin, cela devrait inciter les fabricants à revoir la conception de leurs produits en amont.

A noter : le projet de loi prévoit aussi à partir du 1er janvier 2024 un indice de « durabilité », qui inclura de nouveaux critères (notamment la fiabilité et la robustesse d’un produit) et qui pourrait s’étendre à d’autres catégories d’équipements.

Indice de réparabilité : quelle forme prend-il ?

 

Il s’agit d’un logo composé d’une clé et d’un écrou qui s’accompagne d’une note sur 10. Sur le modèle de l’étiquette énergie, sa couleur varie du rouge vif au vert foncé en passant par l’orange. Plus la note est proche de 10, plus l’appareil est identifié comme réparable et donc durable.

Le calcul de la note

Le score de l’indice de réparabilité correspond à la moyenne des notes obtenues selon cinq critères :

  • Le type d’appareil ;
  • La qualité de la documentation fournie par le vendeur ;
  • La facilité de démontage de l’appareil ;
  • L’accès et la disponibilité des pièces détachées et outils,
  • Le prix des pièces détachées et outils.

L’étiquette

L’indice de réparabilité « doit être affiché sous forme d’étiquette, d’affiche ou tout autre forme appropriée », précise le gouvernement. Il doit être apposé sur le produit, l’emballage ou à proximité du prix pour les appareils vendus en magasin. Pour ceux vendus en ligne, l’indice de réparabilité peut figurer sur la fiche produit. Autre précision du gouvernement : « A chaque fois que cela est pertinent, le produit devra aussi proposer un compteur d’usage (similaire à un compteur kilométrique) ».

Pour vos étiquettes indiquant l’indice de réparabilité, n’hésitez pas à faire appel à Coserm. Contactez-nous pour en savoir plus.