Face aux nombreux appareils disponibles sur le marché du traitement de la donnée, Coserm vous guide. On vous explique quelles sont les différences entre le terminal mobile et le lecteur code barre.

Terminal ou lecteur code barre, à quoi ça sert ?

 

Le terminal mobile ou le lecteur code barre sont deux appareils permettant de collecter et de traiter les données par code à barres. Ils sont capables de déchiffrer des codes à barres des plus communs aux plus complexes. Ces deux outils indispensables à toutes les étapes d’une chaîne de traçabilité (de la production d’une matière première à sa vente au détail), possèdent des fonctionnalités similaires mais leurs utilisations sont parfois différentes. Ces appareils fonctionnent dans des environnements légers (bureau ou boutique), et plus lourds comme les centres de distribution ou les usines de fabrication. Coserm, spécialiste de l’étiquetage vous éclaire sur leurs différences.

Les différences entre le terminal mobile et le lecteur code barre

 

La forme de l’appareil

Première différence fondamentale entre les deux appareils : leur forme. Si généralement, les lecteurs classiques se présentent sous une forme commune, les terminaux portables, eux, se déclinent sous deux formes, le brique (type pda) et le pistolet (gun).

A noter : on recommande l’usage d’un format pistolet en cas de scans intensifs. Le format pda est plus adapté en gestion des stocks par exemple.

L’écran de contrôle

Deuxième différence entre les terminaux mobiles et les lecteurs code barre : l’afficheur. Indispensable pour les terminaux mobiles, l’écran de contrôle est souvent tactile et associé à un clavier virtuel (numérique, fonction et alphanumérique). La taille des écrans diffère également en fonction de vos besoins. Les scanners quant à eux ne possèdent pas d’écran.

La collecte et la transmission des données

Les lecteurs peuvent communiquer par liaison filaire sans fil à un périphérique hôte (PC fixe ou portable, terminal embarqué, etc). Deux modes de transferts :

  • Par liaison filaire : port USB, écran/clavier, interface RS232/485 ou bien même Ethernet industriel type Profinet ;
  • Par radiofréquence : Bluetooth soit en communication directe du lecteur au périphérique hôte, soit par le puit de dévidage ou voir même en 433 MHz, pour certains constructeurs, pour éviter les perturbations avec le Wi-Fi par exemple.

Le lecteur peut également fonctionner en mode batch (mémorise les données pour les transférer ultérieurement). La transmission se fait alors dès que le scanner est posé sur son socle.

Les terminaux quant à eux sont différents. Ils ne communiquent que par radio fréquence ou par puit de dévidage (mode batch). Deux méthodes de transmission de données sont possibles :

  • Par puit de dévidage (socle de communication) pour le mode batch ;
  • Par radiofréquence : WiFi ou 4G.

Pour bien choisir son matériel de traçabilité, il est important de faire appel à des professionnels du secteur. N’hésitez pas à contacter notre équipe d’experts pour vous guider.