Face à la volonté des pouvoirs publics et des consommateurs de réduire l’utilisation des plastiques d’origine fossile fabriqués à base de pétrole et d’avoir des emballages plus respectueux de l’environnement, les fabricants d’emballages doivent trouver des alternatives durables aux emballages en plastique. Zoom sur les solutions proposées.  

Des initiatives fortes pour éliminer les emballages plastiques

3006

En février 2019, des entreprises de grandes distributions (Auchan Retail France, Biscuits Bouvard, Carrefour, Casino, Coca-Cola European Partners, Danone, Franprix, L´Oréal, LSDH, Monoprix, Nestlé France, Système-U, Unilever) et des ONG (la Fondation Tara Expéditions et le WWF France) ont co-signé le pacte national pour les emballages plastiques avec Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire. Le but de ce Pacte ? Transformer en profondeur l’usage de plastiques dans les emballages. Pour cela, les signataires du pacte s’engagent à mener différentes actions. Parmi lesquelles :

  • Atteindre 60 % d’emballages réutilisables, recyclables ou compostables en 2022, et 100 % en 2025 ;
  • Utiliser au minimum 30 % de plastiques recyclés dans leurs emballages ;
  • Établir une liste des emballages problématiques ou inutiles qui devront « à terme » être éliminés.

A la suite de cette initiative, une directive européenne a été adoptée en mars 2019. Elle interdit l’usage et limite la mise sur le marché de certains produits en plastique à usage unique (à partir de 2021). Ce n’est pas tout, en janvier 2020, le projet de loi anti-gaspillage, porté par la secrétaire d’État à la transition écologique a également été approuvé.

Autant de mesures qui viennent impacter et faire bouger le secteur du packaging. En conséquence, les fabricants doivent trouver des alternatives durables aux emballages plastiques pour rester conformes aux nouvelles lois, mais également pour séduire les consommateurs toujours plus soucieux de l’environnement.

Quelles sont les solutions alternatives aux emballages plastiques ?

 

Pour limiter la pollution par le plastique, les industriels proposent des emballages plus respectueux de l’environnement pour contenir, préserver et commercialisé les produits des marques et distributeurs. Parmi les principales solutions émergentes, on retrouve : les emballages souples mono-matériaux et ceux principalement constitués de papiers et de cartons.

 Les films souples mono-matériaux

 

Ils sont constitués de ressources vierges d’origine fossile (du PE ou du PP) et d’une part de matière recyclée. Cela permet d’obtenir des emballages très légers et 100 % recyclables. Ce qui s’inscrit parfaitement dans l’économie circulaire.

A noter : l’utilisation de ces films mono-matériau ne convient pas à tous les produits. Les qualités de barrière à l’oxygène, à l’humidité et à la lumière étant moins bonnes que celles des films fabriqués en bi ou en tri-matériaux, cela peut diminuer les DLC de certains produits ou ne pas être adapté du tout à d’autres.

Les emballages en papier et carton

 

Autre solution alternative aux emballages plastiques : les emballages majoritairement composés de papiers ou de cartons (en moyenne 60 à 80 % du packaging). Il s’agit de matériaux d’origine végétale donc renouvelables. Dans la plupart des emballages, la fibre papetière est laminée avec un film en plastique complexe ou mono-matériau pour assurer la barrière étanche.

La part de plastique utilisé donc est drastiquement diminuée et remplacée par un matériau renouvelable. Ce type d’emballage est également recyclable avec tous les emballages papiers et cartons, à partir du moment où ceux-ci en sont constitués majoritairement.

Même si le plastique résiduel n’est pas recyclable ou recyclé, ces emballages s’inscrivent néanmoins dans la volonté de réduction d’utilisation des plastiques d’origine fossile. Les fabricants misent sur l’amélioration du dispositif pour un recyclage à 100 %, dans un avenir proche.